Mon boss m’a dit

Source : Le Monde ouvrier, numéro 95 / Janvier-février 2012

Il est difficile de croire qu’en 2012, certains employeurs tentent par tous les moyens de se soustraire aux obligations prévues par la Loi sur la santé et la sécurité du travail. Encore récemment, le propriétaire et président d’une entreprise, à la suite de l’affaissement d’une imposante structure d’acier, a demandé explicitement à ses employés de ne pas aviser la CSST par crainte de voir arriver les inspecteurs. Heureusement, un valeureux travailleur n’a pas respecté la consigne du boss (illégale) et a contacté l’organisme.

Bien que les tentatives de camouflage de certains employeurs puissent parfois être moins flagrantes que celle citée précédemment, les conséquences envers une travailleuse ou un travailleur s’avèrent toujours très désavantageuses. En l’occurrence, une incitation du genre : « Ne déclare pas l’accident à la CSST et je vais te payer quelques jours de congé. Après ça, tu iras mieux ». Nul doute que ce type d’employeur ne souhaite que contrôler ses coûts. En effet, quelles connaissances médicales détient-il pour faire une telle affirmation? Que se passera-t-il si, après ces quelques jours de « congé payé », l’état de santé du travailleur ne s’est toujours pas amélioré? N’oubliez pas qu’il s’agit là d’une incitation à la fraude, car la Loi prévoit que la CSST doit être informée de chaque accident.

Il en va de même lorsque, en réponse à vos interrogations à propos d’une situation de travail, le boss vous dit d’un ton qui se veut rassurant : « C’est normal », « C’est pas dangereux » ou encore « On fait toujours ça comme ça ». Si vous croyez que l’exécution de ce travail vous expose à un danger, ne vous contentez pas de ce genre de réponses et continuez de questionner. Et si, finalement, vous n’êtes toujours pas rassuré, exercez votre droit de refus!

On ne peut évidemment pas mettre tous les employeurs dans le même panier. Mais si vous devez faire face à ce genre de situation, gardez en tête qu’un tel comportement de la part de l’employeur a pour seul et unique but de gonfler son portemonnaie. En définitive, le seul perdant, ce sera vous!