La belle excuse

Source : Le Monde ouvrier, numéro 82 / Mai-juin 2009

En ces temps de crise économique mondiale, les entreprises se battent pour survivre. Quels sont les effets de la crise sur les conditions de travail, et particulièrement en santé et sécurité du travail? On doit d’abord se rappeler que la mondialisation avait déjà provoqué d’importants changements sur les lieux de travail.

Privatisations, restructurations, changements à l’organisation du travail ont directement influencé les conditions en santé et en sécurité du travail. À ceci s’ajoute maintenant la crise économique. Les travailleurs et les travailleuses craignent de perdre leur emploi; les baisses de production, les exigences croissantes d’un poste et les modifications d’horaire ont des conséquences négatives sur la santé et la sécurité des personnes en emploi. Certaines entreprises seront tentées de réduire les ressources allouées en SST. Pire encore, les milieux de travail où la culture SST était absente ne considéreront pas un investissement en prévention comme étant rentable. Pourtant, ces employeurs sont souvent ceux qui affirment que leurs ressources humaines sont ce qu’ils ont de plus précieux.

De plus, de nombreuses études démontrent qu’un investissement en prévention est rentable et que les coûts réels d’une lésion professionnelle vont bien au-delà des montants d’indemnisation. Les gestionnaires à courte vue vont vanter les bienfaits de l’évaluation et de la gestion des risques (ça ne coûte pas cher). Mais qui le prend le risque? Qui vit avec les conséquences quand la gestion s’est trompée? Toujours les travailleurs et les travailleuses. Et ensuite les gestionnaires investiront des sommes mirobolantes en frais juridiques pour contester les réclamations et ainsi maintenir artificiellement un dossier sans taches.

Ne nous laissons pas berner par cette « belle excuse » de la crise économique. La vraie prévention, bon temps mauvais temps, c’est, et ce sera toujours l’élimination à la source des risques.

Pas de risques, pas de blessés et pas de décès!